APPRÉCIATION DU JURY- JEAN BOGGIO POLA

Atelier Cine Passion - Velaux

V3F

prix décernés

JURY : PRÉSIDENT : JEAN BOGGIO POLA,
YSABELLE DELMAS, LUCE MELIH, YANNICK GUÉRIN, PHILIPPE DÉCHANET

1er prix : Prix de la ville de Velaux et Prix du public
Titre : Soury
Réalisateur : Christophe SWITZER
Une très belle réalisation, un jeu de comédiens parfait, une lumière et un cadre précis et pour finir un scénario qui raconte un fait d'actualité difficile sans artifice inutile. Le film est à la hauteur de cette galère des temps modernes qui pousse les plus démunis vers des eldorados de paille. Pourtant, cette fois-ci, le bonheur est au bout du chemin. Un réalisme bouleversant, une belle histoire d'amour.

2ème prix : Prix du scénario
Titre : ça va
Réalisateur : Michel Digout
S'il n'y avait que le graphisme et la poésie qui se dégagent de chaque image, on pourrait déjà dire que ce film est une œuvre délicate, subtile, profondément belle. Mais là-dessus le réalisateur a su nous parler de l'émigration clandestine d'une jeune femme douce avec une violence suggérée et jamais plaintive qui rend la situation encore plus intenable. On s'attache immédiatement à cette jeune femme et son parcours infernal devient le nôtre. Un film incontournable.

3ème prix : Prix jeune
Titre : Cinémachination
Réalisateur : Anatole Levilain-Clement
Une ambiance futuriste, une réflexion sur les Androïds qui cognent à notre siècle. Un futur ou la machine devient quasi humaine… tous ces thèmes sont magnifiquement adaptés dans ce court métrage réussi. On notera le très beau travail du cadre et de la lumière et la justesse du jeu des comédiens. La chute est tout simplement parfaite. Un travail surprenant pour un jeune réalisateur de 21 ans. Anatole, il faut continuer…

4ème prix : Coup de cœur du Jury
Titre : Les Talibés
Réalisateur : Joël Sentenac
Filmer une réalité bouleversante sans être larmoyant est difficile. Il faut tout simplement aimer et respecter les protagonistes du reportage. Un film bien ficelé, clair, profond et délicat, qui dépeint avec sensibilité et exactitude une réalité africaine méconnue. Un hommage aux enfants de la rue et une pierre à l'édifice de cette information essentielle, qui, nous l'espérons tous, aidera à l'élévation des mentalités pour un monde plus juste.

4ème prix : Prix MICHEL RENUCCI-PRIX DU MONTAGE
Titre : Beautiful day
Réalisateur : Fabrice Herbaut
Réussir une comédie avec cette chute parfaite est un exercice de style périlleux. Fabrice Herbaut nous fait traverser le rire, le dégoût, la bêtise humaine, en moins de quatre minutes… Bravo. Le montage est particulièrement soigné. On entre dans le film grâce à un chien qui nous fait rire dès les premières secondes, puis l'histoire se déroule en toute fluidité jusqu'au coup de théâtre final très efficace. Le réalisateur se permet même un clin d'œil sur le camion tueur. Beau travail!

5ème prix : Prix de la musique
Titre : Au bonheur des dames
Réalisateur : Amandine Hervé Pouchet
La musique accompagne, façon burlesque tout ce film. Elle est juste, inventive, humoristique. Elle accompagne parfaitement les comédiens qui poussent leur jeu jusqu'à l'extrême et pourtant reste justes. On a aimé particulièrement le pari de la réalisatrice comédienne qui a décidé et assumé ce jeu caricatural jusqu'au bout de son film. Un pari réussi.

6ème prix : Prix spécial du président
Titre : Bonhomme
Réalisateur : Leslie Lipkins
Un petit moment de bonheur… Une relation touchante entre un SDF et un enfant, qui met en scène le respect de la différence et l'âme d'enfant qu'il ne faut surtout pas oublier dans notre vie d'adulte. Une virgule poétique qui nous offre un sourire profondément humain pendant quelques minutes. Une bouffée d'air pur…

Les autres films

La peau du caméléon de Dieu-Donné TCHANI
Malgré quelques maladresses ce film est bien construit. Le jeu de comédiens, un peu hésitant au départ, s'améliore au fil du récit. Mais ce qui fait la force de ce film c'est la vérité qui s'en dégage.

Les trains d'Émosson de Thierry SPICHER
Ce reportage, malgré l'intérêt qu'il dégage sur des trains surprenants, reste un peu plat. On a l'impression de voir une publicité régionale pour un office du tourisme suisse. Les effets 3D sont presque amateurs et desservent le sujet.

Tout ça de Jules LAMBERT
Un film polémique et intéressant. Pourtant le jury a ressenti à l'unanimité une gêne profonde à regarder ce court métrage. Ce sujet d'actualité, extrêmement sensible, mérite certainement une approche plus profonde de la question de la burka et de la liberté des femmes.

Clac de Fabien ARA
Malgré une belle mise en scène, ce film assez abouti au niveau de la forme, souffre d'un scénario et de dialogues peu crédibles. La chute finale, maladroite, nous laisse sur notre faim. Soulignons toutefois un beau travail au niveau de la lumière, du cadre et du jeu d'acteur.

Refuge de Paméla DE MASSIAS DE BONNE
Ce film commence par une mise en scène qui fait référence au classique du cinéma de film d'horreur, mais sans parvenir à être crédible. Les scènes surjouées manquent d'inventivité et restent à la limite de l'amateurisme. Ce film dénonce la violence conjugale avec trop de maladresse pour qu'on y croie vraiment.

Hirondelle de Anaïs GIRARD-BLANC
Un film qui, peu à peu, nous entraîne vers pas grand-chose. Malgré le jeu assez juste d'Anais Girard Blanc le scénario reste grotesque.

Maman je t'aime de Bernard DUBLIQUE
Un bel hommage d'un fils pour sa mère. Malheureusement la poésie qui se dégage des dessins, malgré aussi l'inhumanité bien rendue des mouroirs dans lesquels on enterre avant l'heure nos vieux parents, le scénario manque de subtilité et le film en pâtit.

Smart Pote de Thomas GRASCOEUR
De l'humour certes, des acteurs assez justes et pourtant le film s'enlise peu à peu. Sans doute à cause d'un scénario, de dialogues et d'une intrigue un peu trop basiques.

Nassara (Le Blanc ) de Charlotte CAYEUX
Un jeu d'acteur maladroit, une mise en scène inexistante, une histoire caricaturale, et pourtant un film qui reste attachant. Mais il faut travailler plus pour aboutir à une œuvre cinématographique.

Crash Back d'Albert LEMAIRE
Très mal joué et tourné de manière amateur, ce film manque cruellement d'intérêt. Désolé !

Exotique de Soraya MILLA
Ce film est frais, les acteurs sont justes et l'histoire est subtile. L’histoire de cette petite adolescente qui veut changer de look pour se fondre dans la masse et qui retrouve ses origines est touchante. En tant que président j'ai tenté de le défendre, mais je n'ai pas trouvé d'écho chez les autres membres du jury. Il faut persévérer Soraya, votre talent finira par triompher.

Joli coup de Julien ROUVIER
Ce film est bien tourné. La lumière est belle. Le jeu de comédiens assez juste, mais les dialogues et le scénario manquent de consistance. C'est pourtant un beau travail, mais il n'est pas suffisamment porté par l'histoire qu'il raconte.

La Lémurie de Jean Marc CHATEAU
Ce qui pêche le plus dans ce reportage c'est la voix du commentaire et le texte en lui-même qui reste beaucoup trop plat. Dommage, car les images sont au rendez-vous. Il faut redynamiser le commentaire, changer de comédien pour la voix off et réduire sa durée pour le rendre plus attrayant.

Lune de Miel de Laurent ARDOINT
La mise en scène est trop maladroite pour donner à ce film le dynamisme dont il a besoin. Sa durée est trop longue. Les plans manquent d'originalité. Le jeu d'acteur et les dialogues sont trop caricaturaux pour qu'on y croie. Dommage, car l'idée était bonne.

Un Jour au Moulin de Coffi Séraphin ZOUNYEKPE
Il est certain qu'en moins de deux minutes le réalisateur nous montre comment des gens qui n'ont pas grand-chose, réussissent l'exploit de faire un moulin. Mais cela n'est pas suffisant. Un sujet à creuser encore pour le rendre plus complet.

M’aime pas en rêve d'Anthony NION
Une belle mise en scène, un beau travail du cadre et du montage, mais un scénario qui manque de subtilité. Passer du rejet, à l'intérêt, puis à l'amour, déception… dessert le film qui devient, au fur et à mesure, plus crédible.

Karmariage de Claude LEVY
Une blague très bien mise en scène et bien tournée. Une belle musique, des plans bien travaillés, un montage bien fait… mais cela reste une blague.

Mon premier jour de Yassin BOUHAIK
Un petit film bien joué qui nous fait sourire. La lumière aurait pu être améliorée, mais ce court métrage reste juste et réussi.

Ça va sans dire de Pierre SABROU
Un scénario qui nous fait passer du début du cinéma muet à aujourd'hui, avec beaucoup de finesse et de délicatesse. Un beau travail de post production, de cadre et d'acteurs attachants qui nous a fait passer un moment doux et agréable.

L'enfer de Tanguy NATHAN
Même si on sent bien l'intelligence de l'idée et que les acteurs sont vraiment bons, on ne parvient pas à s'attacher à l'histoire proposée. Le scénario, issu d'une blague connue, reste trop basique et les dialogues convenus

Tic Tac de Benjamin PALLIER
Une ambiance polar particulièrement réussie, avec une lumière travaillée, mais un scénario qui reste fragile et une histoire qui demanderait plus de moyens pour être aboutie

Sans mot dire de Quentin LECOCQ
L'ambiance d'un bar à la fois sordide et beau est bien servie par une mise en scène efficace et un jeu d'acteur abouti. Cela nous donne un film très vivant et bien monté. Il aurait fallu que la lumière soit un peu plus travaillée pour nous donner une image plus sculptée. Dommage que le 4/3 fut choisi pour illustrer ce court métrage.